Author Topic: Les champs sinistres  (Read 5235 times)

0 Members and 1 Guest are viewing this topic.

Offline ger4o

  • Community Manager
  • *
  • Posts: 9
  • Karma: +0/-0
    • View Profile
Les champs sinistres
« on: January 28, 2011, 12:48:29 PM »


- Allez, mon seigneur - le capitaine cria-en travers de son épaule tout en téléchargeant son épée et donnait des signes avec sa main à son peuple pour être placé le long du corridor. - Je ne sais pas combien de temps nous pouvons les garder, mais fera tout  possible pour  faire gagner quelques minutes!
Le lord Veriks, vicaire impérial dans la province et le gouverneur du Château esseulé, se tenait immobile et regardait les soldats qui se rangent avec un regard vide. Le capitaine de ses gardes du corps ouvrit la bouche pour l`inciter à nouveau, mais en même temps un terrible rugissement inhumain a secoué l`ensemble du château. Les visages des soldats, fonctionnaires et écuyers deviennent pâles  par horreur.
Des personnes-bêtes sont venu.
 - Pour Papa enfin allez – répète encore une fois nerveusement le capitaine, en regardant son maître dans les yeux.
Le lord hocha la tête au revoir à son garde du corps fidèle,  se retourne et  fuit.
Il traversa plusieurs couloirs qui le sépare par le cours et a presque réussi arracher la porte ... Juste pour voir que les chevaux qui avaient échappé, ont disparu.
Un  grognement se diffuse quelque part sur le droit et le gérant a commencé à tourner, mais en même temps rendu compte que son lenteur est infinie. Sa réaction, par rapport à celles des monstres qui sont capturés la forteresse.
La main énorme et noueux il a frappé fortement derrière l`oreille, ses yeux brillèrent comme des étoiles, puis les ténèbres sont venues. Veriks momentanément perdu connaissance et a glissé sur le sol sans bruit et sans fanfare.
La première chose que j`ai ressenti quand je me suis réveillé, c`est que ses vêtements ont été dépouillés, quelqu`un lui a tenu fermement à une jambe et l`a traîné en arrière par temps humide et non surface de la pierre très lisse. Dans l`instant suivant ressenti de la douleur et a commencé à crier de toutes leurs forces.
La grotte était étroite, malodorante et peu éclairée, mais après un certain temps lorsque la couche d`agonie légèrement leva les yeux, il a réussi à regarder la silhouette de celui qui l`a traîné dehors. Vêtu seulement dans la ceinture, le chiffre était d`au moins deux mètres de haut et demi, les jambes énormes et robustes, d`importantes mesures et rapides, et le dos de ce monstre a été si massive qu`elle pourrait sans doute en toute sécurité l`épaule deux personnes et de chariots pour les porter à la fois . Sa main gauche serrant la cheville du seigneur et le droit – une  hache énorme avec deux  pointes.
Cet être soudainement arrêté sur sa place et tout à coup se tourna vers son prisonnier.
Veriks voit son visage et a commencé à crier à nouveau.
Cette fois - dans l`horreur.